mer chemin de compostelle bivouac
Bivouac,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Pourquoi est-ce que j’aime tant le bivouac ?

Cela fait un certain temps que je vous parle de ma passion pour le bivouac à travers mes différentes aventures sur le Chemin de Compostelle et j’avais envie de résumer dans un petit article, pourquoi j’aime tant cela. On résume parfois le bivouac au terme de « camping sauvage », mais je pense surtout que le bivouac est un état d’esprit à part entière. Lorsqu’on part sur les chemins avec l’intention de bivouaquer, on décide de lâcher prise sur beaucoup de choses, et on accepte le cadeau d’un bout de terrain que la nature nous offre le temps d’une nuit, à même le sol. Voici donc les trois grandes raisons qui me poussent à faire du bivouac.

1. la flexibilité

En portant mon matériel de bivouac dans mon sac à dos, je suis autonome. Je peux donc je peux dormir où je veux et quand je le souhaite, sans avoir à me soucier des étapes et du nombre de kilomètres que je fais par jour. Si j’aime un endroit et que j’ai envie d’y rester plus longtemps, je le fais. Si j’ai envie de suivre un autre pèlerin plus loin, je peux aussi le faire. Je suis complètement libre et j’ai l’esprit léger: je n’ai pas à me soucier de la logistique ni à m’organiser pour trouver des lieux où dormir.

Et puis, ne rien prévoir, ne pas savoir où l’on dormira le soir, cela permet un lâcher prise total: j’avance sur le chemin pour avancer et non pas pour atteindre un but, une étape, à la fin de cette journée. Je marche sans savoir où je vais, la seule chose qui compte c’est que je suis bien en chemin.

S’il peut parfois paraitre difficile de trouver un lieu où poser son campement chaque soir, il existe plusieurs petites choses à savoir pour trouver facilement un lieu où dormir. Je vous explique tout pour trouver le lieu de bivouac parfait dans cet article !

2. Le coût

Sur Compostelle, le prix des gîtes et auberges varie entre 10 et 25€ la nuit, ce qui n’est pas très élevé en soi si on le compte pour une nuit. Mais sachant que je suis partie pour plusieurs semaines, il fallait penser sur le long terme. Multiplié par 7, je savais que mon budget allait vite grimper. Et n’ayant pas des ressources illimitées, dormir dehors était donc pour moi aussi un moyen d’économiser sur mes dépenses.

Sur d’autres chemin de randonnée GR, les logements peuvent être parfois encore plus chers que sur Compostelle, et plus rares. Il est donc encore plus intéressant de faire du bivouac pour ne pas avoir à payer des hôtels qui proposent des prix parfois très élevés.

Et pour en savoir plus sur le coût de la randonnée/bivouac, je partage l’intégralité de mon budget lors de mon pèlerinage de 3 mois sur le Chemin de Compostelle dans cette vidéo.

3. Le retour aux sources

Dernier point, mais pas des moindre, je bivouaque avant tout parce que j’aime ça ! En partant sur le Chemin j’avais envie de revenir à l’essentiel, à la simplicité. Dormir dehors était pour moi la seule façon de vraiment vivre en immersion totale dans la nature. Dormi dehors est une expérience que l’on n’a pas souvent l’occasion de faire dans notre quotidien, et je trouve ça tellement dommage.

De plus, en dormant dehors, j’avais envie de me rapprocher du pèlerin d’autrefois. Être plus vulnérable et à la merci du temps qu’il fait, de la nature. Vivre l’aventure pour de bon. Randonner à la journée sur le chemin et se réfugier entre quatre mur dans un gite tous les soirs me paraissait apporter beaucoup trop de confort, comparé à ce que pouvais vivre le pèlerin d’autrefois.

« Lorsqu’on quitte un lieu de bivouac, prendre soin de laisser deux choses. Premièrement : rien. Deuxièmement : ses remerciements. »

Robert Baden-Powell 🌸

Vous l’aurez compris, je suis une passionnée de bivouac. Mais j’aime aussi dormir de temps à autres en gîte pour pèlerin sur le chemin de Compostelle. C’est pourquoi je répond à la question « Gite ou Bivouac sur Compostelle ? » dans cet article.

Et pour finir, je vous laisse avec une petite vidéo réalisée sur le Chemin de Compostelle, dans laquelle je m’interroge sur les raisons qui m’ont poussé à bivouaquer ⬇

Laisser un commentaire