Normandie rando Chemin de Compostelle
Compostelle,  Randonnée

De Rouen à Compostelle : la préparation

Voilà, je crois qu’on peut officiellement dire aujourd’hui que je suis une accro à la marche à pieds…Et oui, je vous l’ai annoncé dans cette vidéo je repars à nouveau sur un Chemin de Compostelle ! Et cette fois, je partirais de chez moi : depuis Rouen, je vais marcher jusque Chartres pour ensuite rejoindre la voie de Tours jusque Saint-Jean Pied de Port.

Si à mon habitude je ne me prépare pas beaucoup avant le départ sur les Chemins de Compostelle (comme sur le GR 65 ou sur le Camino Del Norte), il m’a fallut m’organiser un peu plus sérieusement cette fois. En effet, ce chemin que je m’apprête à prendre est moins connu, moins fréquenté et qui plus est, j’ai décidé de partir en plein hiver !

Voici donc dans cet article toute ma préparation pour cette première étape au départ de la Cathédrale de Rouen, pour 2 jours, 30 kilomètres et une nuit en bivouac, en plein mois de Novembre !

Me procurer La crédentiale

Pour l’obtenir j’ai contacté l’association des Amis de Saint-Jacques de ma région (renseignez vous sur internet, il existe des associations de ce genre partout en France !). Ils m’ont indiqué où me procurer une crédentiale, qui était disponible en donativo dans une librairie de Rouen.

Connaitre le tracé du chemin et l’état du balisage

Etant donné que ce chemin est bien moins fréquenté, je ne connaissais pas l’état du balisage, ni même où passait le chemin dans ma ville. J’ai donc été une première fois à l’office de tourisme de Rouen pour me renseigner sur le départ du chemin et le balisage. On m’a renseigné sur les clous situés sur le parvis de la Cathédrale, que je suis allé repérer.

Pour la suite du chemin, je me suis à nouveau tournée vers l’association jacquaire de ma région, qui possède les cartes avec le tracé officiel du chemin. J’ai également été rassuré sur l’état du balisage sur le chemin, qui est très bien entretenu m’a-t-on dit.

Les hébergements et le ravitaillement

Étant donné que j’ai décidé de faire du bivouac sur cette première étape, je n’ai pas à me préoccuper de trouver un gîte ouvert à cette période de l’année. Concernant le ravitaillement en eau, je traverse beaucoup de villes sur cette étape, et ce ne sera donc pas un problème (je sors de Rouen, puis arrive sur Oissel et enfin Elbeuf). Pour la nourriture, je ne pars que sur deux jours et j’ai décidé d’emmener avec moi tout ce dont j’ai besoin pour les repas. J’emmène également un réchaud à gaz, afin de me faire un repas chaud le soir, ou de me faire un petit thé dans la journée.

Le matériel

Je repars avec un matériel assez similaire que celui que j’avais emmené sur mon premier chemin. Je garde notamment le même set up de couchage pour le bivouac (tarp, couverture de survie, deux matelas et drap de soie). Seul le sac de couchage change (je passe d’un 15°C à un 0°C), sachant que les températures seront bien plus fraiches.

Certaines choses néanmoins, et vous retrouverez l’intégralité de mon matériel dans ce tableau ici.

Sachant que je pars en plein mois de Novembre et que l’hiver s’avère particulièrement précoce cette année, j’ai du m’équiper adéquatement pour me protéger du froid mais aussi du vent et de la pluie.

Pour la pluie et le vent, j’ai donc décidé de prendre un kway, en plus d’une cape de pluie et d’une paire de guêtre pour que le bas de mon pantalon et mes chaussures ne soient pas trop trempées en cas de forte pluie.

Pour le froid, j’ai décidé d’adopter la technique de l’oignon : c’est un système qui consiste à fonctionner par couches de vêtements pour pouvoir bien les adapter en fonction de la température extérieure et de la spécificité du terrain (s’il demande plus ou moins d’efforts!).

Enfin, j’ai pris de quoi bien me couvrir : petit bonnet fin en laine mérinos, tour de cou buff et paire de gants.

Dans les nouveautés de mon matériel, j’ai décidé de tester un nouveau savon : le savon du Dr Bronner’s à la menthe poivrée. Plus qu’un simple savon naturel (comme le vrai savon de Marseille ou le savon d’Alep), i lpeut servir à se laver les dents, se laver les cheveux, en déodorant, pour laver la vaisselle et pour laver le linge ! Bref, j’avais très envie de tester ce savon qui sert à tout, et qui permet d’économiser beaucoup de poids dans plusieurs produits différents ! Si vous aussi êtes intéressé, il est disponible ici.

Et pour voir tout ce que j’emmène dans mon sac à dos sur cette première étape, je le présente dans cette petite vidéo ⬇

Et voilà, après toute cette préparation, il me tarde d’enfiler mon sac sur le dos et de partir à l’aventure 😁

Enfin, pour en savoir plus pour toute ma préparation et mon matériel d’hiver, je vous invite à lire cet article : Comment se préparer pour marcher sur Compostelle en hiver ?

➡ Vous retrouverez toutes mes vidéos sur ma chaines youtube au fur et à mesure de mon avancée sur ce chemin. Je posterais également des photos et stories sur mon compte instagram ici !

10 commentaires

Laisser un commentaire