Chemin Rouen Rando foret la londe rouvray
Compostelle,  Randonnée,  Récit

De Rouen à Compostelle, Etape 1

Ca y est, je pars de nouveau sur Compostelle 🎉 Après vous avoir présenté mon nouveau projet et toute ma préparation, voici le récit de ma toute première aventure sur le Chemin de Compostelle au départ de chez moi ! Au programme : 30 kilomètres sur deux jours, avec une nuit en bivouac.

Je ferme la porte à clé de chez moi, ça y est c’est parti…J’ai du mal à réaliser, je repars enfin sur un chemin de Compostelle ! Rien que d’enfiler mon sac sur le dos et mes chaussures de marche, la joie s’empare de moi.

Maintenant, direction la Cathédrale de Rouen. Je fais un petit crochet pour m’y rendre, mais cela me tenait à cœur d’officialiser mon départ sur le parvis de cette impressionnant édifice. C’est aussi très symbolique pour moi, car je suis née à Rouen et cette Cathédrale a toujours été mon point de repère. Je passe faire tamponner ma Crédentiale à l’accueil de la cathédrale, puis je trouve le clou représentant la coquille…et me voilà officiellement sur le chemin de Compostelle !

Je traverse le pont au-dessus de la Seine. Il n’y a pas grand monde en ville ce matin. Je vois les rues différemment, avec mon œil de pèlerine plutôt que de citadine. Même le rire des mouettes qui volent au-dessus de ma tête me paraissent joyeux.

Une fois avoir rejoint l’Avenue des Canadiens, que je sais devoir longer sur presque 6 kilomètres (et qui s’avère ne pas avoir un grand intérêt à mes yeux à part pour regarder les voitures passer à vive allure…), je décide d’écourter mon parcours en prenant un bus, qui me déposera à l’entrée de la forêt de Sant-Etienne du Rouvray.

Je traverse cette grande forêt Bien que les arbres ont déjà perdu une grande partie de leurs feuilles, les dernières couleurs automnales me ravissent. Je croise quelques familles en vélo et des joggeurs matinaux. Puis, plus je m’enfonce dans la forêt et moins je croise de monde monde. Je trouve un petit coin de forêt pour me faire une première pause et manger le pique nique que je me suis préparé.

Après environ 7 kilomètres de marche à travers la forêt, j’arrive sur la commune d’Oissel. La toute première fois où j’étais partie marcher une journée sur le chemin de Compostelle, j’avais uniquement fait la portion d’Oissel à Orival. Mon objectif pour ces deux jours et d’aller encore plus loin, jusque Elbeuf.

Après Oissel, le chemin longe la Seine et s’éloigne de l’agglomération rouennaise. Je traverse une ferme, regarde les vaches brouter tranquillement, et continue le chemin qui me fait entrer de nouveau dans la forêt.

Le temps est gris et je remarque déjà que le jour commence à tomber. J’espère arriver aux grottes d’Orival pour y dormir cette nuit. J’accélère donc la cadence de mes pas pour espérer y être avant que la nuit noire ne soit là.

Je suis encore dans la forêt d’Orival, il est 17h et je regarde ma carte sur le téléphone. Il me reste 2 ou 3 kilomètres, je ne suis pas sûre d’arriver aux grottes avant 18h, et je sais que le passage pour y arriver est un peu technique, longeant les falaises de craie. Je préfère ne pas me risquer dans cette entreprise, et je décide de me trouver un coin où poser mon campement pour la nuit dans la forêt.

Je m’installe tranquillement et monte mon tarp. La nuit est vite tombée et je mange mon repas chaud à la lampe frontale. Je lis un peu dans mon sac de couchage, mais je trouve le temps long. Je n’avais pas pensé que bivouaquer en hiver me ferais passer autant de temps à la lampe frontale. D’habitude j’adore le bivouac en forêt car je peux rêvasser le soir en écoutant le chant des oiseaux et en regardant la cime des arbres danser doucement.

Le lendemain matin, à mon réveil…la luminosité est très faible alors qu’il est presque 8 heures, et la pluie battante vient s’écraser bruyamment sur ma toile de tente. J’attends un peu, bien au chaud dans mon sac de couchage, mais l’averse ne sembla pas vouloir d’arrêter. Je regarde les prévisions météorologiques de la journée, qui m’indiquent un gros nuage gris et des averses continues…

Je sais que je peux prendre un bus à Orival pour rentrer sur Rouen. Après réflexion je décide de choisir cette option et de laisser à la prochaine fois la portion de chemin de 6 kilomètres qu’il me reste jusque Elbeuf.

Je me lève donc rapidement, me contorsionne sous mon tarp afin de m’habiller au sec et de ranger au maximum mon sac à dos. Lorsque je sors enfin de ma tente je me dépêche pour replier tout. Mon tarp est trempé et je le fourre dans le sac poubelle initialement prévu pour couvrir mon sac de couchage. Mais je ne veux pas que le tarp ou la couverture de survie ne viennent tremper le reste de mes affaires dans le sac à dos.

Je marche quelques kilomètres et me rends compte que le chemin balisé ne fait pas passer par les grottes d’Orival. Connaissant déjà ce lieu et ayant envie de faire un tour pour voir les grottes (qui ont servi d’habitat semi-troglodyte depuis des siècles !), je fais un petit détour qui me pousse à revenir sur mes pas. Puis je continue le chemin qui sort de la forêt au niveau d’Orival. C’est ici que je quitte le balisage et la coquille pour aller prendre le bus qui me ramènera chez moi.

…la suite de cette marche sera donc pour une prochaine fois ! Et pour être sûr(s) de ne pas manquer cette prochaine aventure tu peux me suivre sur Facebook ou Instagram 😀


Et pour finir ce récit, voici mon aventure en vidéo ⬇

Un commentaire

Laisser un commentaire