chemin de compostelle camping donativo accueil
Bivouac,  Compostelle,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Compostelle : Gite ou Bivouac ?

Étant partie sur le Chemin de Compostelle avec tout mon matériel de bivouac sur le dos, j’avais très envie de passer du temps en immersion totale dans la nature. Toutefois, j’ai beaucoup alterné nuit en bivouac et nuit en gite, ce qui m’a permis de faire l’expérience de ces deux modes de nuits sur le chemin en France (sur le GR 65 ou Voie du Puy en Velay) & en Espagne (sur le Camino Frances).

J’avais donc envie de répondre à la question qu’on me pose beaucoup : Alors gite ou Bivouac sur le chemin de Compostelle ? 🦋🍃😊

Dormir en Gite

Dormir en gîte sur le Chemin de Compostelle présente beaucoup d’avantages: Cela permet une bonne nuit confortable, au chaud et au sec, pour recharger complètement les batteries après une journée de marche. Cela permet aussi de rencontrer d’autres pèlerins, de sympathiser et passer des moments conviviaux. Cela permet enfin, de ne pas rajouter plusieurs kilogrammes de plus à porter sur son dos, du au matériel de camping.

De plus, dormir en gîte peut s’avérer être plus « facile » : pas besoin de s’organiser pour se ravitailler chaque soir en eau et en nourriture, comme il est nécessaire pour le bivouac. On arrive dans un gîte, on pose son sac à dos et on est tranquille. Comme les gites sont généralement en ville, ou bien qu’ils proposent la demi-pension (repas du soir et du petit-déjeuner), on dispose de nourriture et d’eau comme on le veut.

C’est pour cela que j’ai alterné entre gîte et nuit en bivouac, afin de retrouver du confort certaines nuit, et aussi pouvoir retrouver d’autres pèlerins le soir. Ça m’est notamment arrivé lorsque je marchais avec certains pèlerins et que j’avais envie de continuer à passer du temps avec eux le soir.

La petite astuce, pour profiter de l’ « ambiance pèlerin » dans les gîtes tout en dormant dehors, était de demander à dormir dans les jardins de gîtes, ce qui est très souvent autorisé pour quelques euros seulement.

Le cas des donativo : Sur le chemin, j’ai été tout particulièrement conquise par le concept des gîte en donativo. Ce sont des gîtes qui marchent sur le principe de la donation participative. On passe la nuit et on donne ce que l’on peut / ce que l’on veut pour la nuit. Non seulement je trouve ça génial de pouvoir permettre à tout le monde de faire le chemin, même si on a pas forcément de grandes ressources, mais surtout j’ai été très surprise de découvrir que l’accueil est bien souvent hyper chaleureux dans ce genre de gîte !

Faire du bivouac

❗️⚠️❗️Avant de vous parler des avantages et inconvénients à bivouaquer sur Compostelle, je tenais à rappeler quelques précisions importantes :

👣 Le bivouac est autorisé en France à proximité de chemin de grande randonnée et tant qu’on installe sa tente après 20h et qu’on soit reparti le matin avant 8h. Certaines restrictions s’appliquent néanmoins dans certains parcs naturels et autres lieux spéciaux.

⛺️ Je suis très heureuse de trouver un lieu propre lorsque je pose ma tente. Je quitte donc le lieu qui m’a accueilli pour la nuit, en prenant soins de ne laisser aucune trace derrière moi (même le papier toilette !).

🌺 Je n’utilise que des produits biodégradables (notamment pour le dentifrice et savon et j’essaie d’en répandre le moins possible).

☀️ Je ne saute jamais aucun grillage ni barrière lorsque je bivouaque. J’aimerais que la nature appartienne à tous, mais je respecte toujours lorsqu’une propriété privée est indiquée.

Pour ceux qui n’ont jamais fait de bivouac de leur vie, cela peut paraitre vraiment compliqué de se lancer dans l’aventure de la nuit en pleine nature. Il faut préparer un matériel spécifique, trouver un lieu où poser son campement chaque soir, et passer certaines nuits tout seul au milieu de la nature, ce qui n’est pas toujours le plus rassurant…

Pourtant, bivouaquer présente plusieurs avantages. Il y a évidemment un très grand avantage en terme de coûts : dormir au milieu de la nature est gratuit ! Cela permet donc d’économiser beaucoup sur les frais de votre voyage (sauf si vous optez pour camper dans les jardins des gîtes de pèlerins ou dans les camping payants, qui resteront toutefois moins cher qu’une place en gîte).

Pour en savoir plus sur mon budget total, sur mon aventure de 3 mois sur Compostelle, j’ai écrit cet article : Quel budget pour Compostelle ?

Mais cela permet aussi de ne pas avoir à subir la « course » aux gîtes à laquelle s’adonnent certains pèlerins, de peur de ne pas avoir de place pour la nuit. Avoir de quoi dormir dehors dans son sac à dos permet une totale autonomie. On est ainsi libre de faire ce dont on a envie comme on en a envie. Et c’est vraiment comme cela que je l’ai envisagé sur le Chemin de Compostelle : je ne me stressais pas pour me lever tôt, j’allais à mon rythme et je prenais tout le temps dont j’avais envie sur le chemin. Et si le soir j’avais envie d’aller en gîte, je pouvais le faire. Si je préférais être tranquille dans la nature aussi.

Et puis, un dernier avantage, mais pas des moindre, c’est que dormir seul dans la nature, c’est comme avoir sa grande chambre privée, sans le bruit de ronfleurs intempestifs que l’on trouve souvent dans les chambres en dortoir 😉

Enfin, le bivouac permet surtout de vivre le chemin pleinement. C’est un moyen d’entrer en communion avec la nature. De se rapprocher du pèlerin d’autrefois, et de revenir à l’essentiel. Personnellement, je n’avais pas envie d’avoir trop de confort sur le chemin. Dormir dans un lit moelleux, prendre une douche chaude et manger au restaurant…j’aurais eu l’impression de ne faire qu’une randonnée à la journée et de revenir chaque soir dans ma zone de confort. Dormir dehors était donc pour moi une manière de pousser mes limites encore plus loin, et de vivre au plus près de la nature, pour faire tomber certaines barrières.

Néanmoins le bivouac présente quelques désavantages aussi. Cela demande plus d’organisation, et nécessite surtout de prendre avec soi du matériel spécifique, ce qui rajoutera du poids dans votre sac à dos. Mais vous pouvez aussi décider de ne pas prendre de tente et de dormir à la belle étoile ! C’est ce que j’ai fait tout au long du Camino Frances au mois de Juillet, et cela m’a beaucoup plu.

« Dormir à la belle étoile. S’engouffrer dans son sac de couchage. S’allonger sous la voûte céleste, l’œil perdu dans les myriades. Sentiment d’être là, infiniment petit devant l’infiniment grand. »

Jacques Lanzmann – Fou de la Marche 🌸

Comment trouver un lieu de bivouac chaque soir ?

Sur le chemin de Compostelle (GR 65, Camino Frances ou encore Camino del Norte que j’ai commencé il n’y a pas très longtemps !), il m’a toujours été très facile de trouver des lieux où bivouaquer. Je privilégie personnellement les lieux cachés, en pleine nature et à l’abri des regards. Mais sachez qu’il est possible de dormir à la belle étoile au cœur des petits villages. J’ai déjà rencontré à plusieurs reprises des pèlerins qui préféraient dormir sous les porches d’églises ou autres lieux couverts que dans la nature.

Si vous avez envie de vous lancer dans le bivouac mais que vous ne savez pas trop comment vous y prendre, je vous explique dans cet article, comment trouver le lieu de bivouac parfait !

Et pour vous donner un aperçu du bivouac sur le Chemin de Compostelle voici une petite vidéo que j’ai réalisée, à la recherche d’un lieu pour poser ma tente ⬇

➡ Pour ceux qui hésiteraient encore à prendre leur matériel pour bivouaquer, je parle de toutes les raisons qui me poussent à faire du bivouac sur le Chemin de Compostelle dans cet article, ici !

Laisser un commentaire